Lous Sacules : retour sur la sortie en Béarn

Lous Sacules : retour sur la sortie en Béarn

Le samedi 2 juin, notre première sortie officielle, s’est déroulée en Béarn.

Nous étions 60 à y participer.
Le temps était couvert, mais sans pluie, contrairement à ce que nous avions connu à Lâas, l’an passé. La pluie n’avait pas cessé durant toute la journée.

1002
1003

Arrivés à 10 h précises à Navarrenx, nous avons attendu quelques petites minutes notre guide qui allait nous accompagner toute la journée.

1004

Élodie nous fait découvrir cette enceinte bastionnée, plus beau village de France depuis 2014 (le seul en Béarn).
Construite à partir de 1538, au bord du Gave d’Oloron, par un architecte italien : Fabricio Siciliano, bien avant les places fortes de Vauban ( pourtant beaucoup de ressemblance…). La ville garde de nombreux vestiges qu’Élodie nous a fait découvrir : la porte Saint-Antoine, la fontaine militaire, la poudrière, la place des casernes, l’arsenal construit sur les ruines de la maison des rois de Navarre, etc…
Vous vous reconnaîtrez sûrement sur les nombreuses photos qui sont jointes à cet article.

1011
1006
1007
1008
1009
1012

Vers midi, direction Audaux où nous avons pris un repas « landais » à l’auberge Claverie.
Repas simple et copieux : assiette landaise, magret aux pêches et ses légumes, fromage et omelette norvégienne. Très bon repas apprécié par tous.

1016
1017
1014

Puis direction Sauveterre-de-Béarn.
Situé, aussi, au bord du gave d’Oloron, cette cité médiévale est construite sur un escarpement rocheux au-tour du château qui a presque entièrement disparu aujourd’hui.

1018

Au XIV ° siècle, Gaston Phébus apporte beaucoup à Sauveterre : il obtient, en pleine guerre de cent ans, l’indépendance du Béarn. Sauveterre jouera un rôle important dans l’indépendance de la Navarre au XVI° siècle.
Dans l’impressionnante Tour Monréal, 37 m de hauteur, on retrouve une maquette de la ville au moyen-âge. Cette tour, classée monument historique, participera à la défense de la ville en 1523.

1020
1023

Sur le gave d’Oloron, , le « Pont de la légende » reliait le pied du château à l’île de la Glère.
Aujourd’hui, il ne reste que la moitié du pont. L’autre moitié, où se trouvait le pont-levis, a été emportée par la terrible crue de 1732 et n’a pas été reconstruite.

Pourquoi le « pont de la légende » ?
Selon celle-ci, Sancie, épouse du comte Gaston V de Béarn, est accusée, au décès de celui-ci, d’avoir donné la mort à son fils nouveau-né.
Le frère de Sancie décide de lui faire subir « l’épreuve de l’eau ». Sancie est jetée à l’eau pieds et poings liés. Son corps a été transporté par les eaux en surface et déposé, plus loin, sur la grève. Ayant survécu à l’épreuve, Sancie est innocentée…
Tout ceci, c’est Élodie qui nous l’a fait « revivre ».

1021
1022
1019

Un guide exceptionnel qui, toute la journée, nous aura tout expliqué avec disponibilité, humour et répartie .
Pourtant, il n’y en avait pas « un grand bout »… Merci encore à elle.

Sur le retour, nous avons pris le verre de l’amitié sur un parking, à Saint-Geours-de-Maremne, avant de regagner Arengosse vers 19 h.
Très belle journée, même sans soleil.