Lous Sacules : visite en Principauté de Laàs en Béarn !

Lous Sacules : visite en Principauté de Laàs en Béarn !

Que d'eau !! Trop d'eau !! Et Laàs !!!

Jeudi 19 mai dernier, les Lous Sacules étaient de sortie pour visiter la curieuse Principauté de Laàs, entre Sauveterre de Béarn et Navarrenx.

En arrivant à Laàs, sous une pluie battante, on remarque la cabane douanière et la barrière, symboles de l'entrée officielle de la Principauté.

Après quelques minutes d'attente (ouverture à 10 heures), M. le Maire de Laàs, Jacques Pédehontaà, nous accueille, à l'abri, accompagné de son " capitaine"  des Douanes, Paul Joubard.

Et c'est parti pour tout l'historique de cette petite commune de 130 habitants. 

Maire depuis 34 ans, conseiller général depuis 1992, Jacques Pédehontaà nous raconte, non sans humour, comment est née cette idée de Principauté.

Sa commune comptait près de 700 habitants au début du siècle dernier. Pour enrayer ce déclin démographique, il a eu l'idée ( un peu farfelue ) de créer la Principauté en 1971. Son principal but : attirer les touristes pour faire vivre sa commune. Avec beaucoup d'imagination, il va réussir à concrétiser son projet.  

Comme l'Andorre, il a aussi 2 co-princes : le Président de la République Française et l'évêque de Lescar-Pau. Si M. Sarkozy n'a pas répondu à sa requête, Monseigneur l'évêque a accepté volontiers ce titre.

Des milliers de touristes se rendent chaque année à Laàs.

Depuis 30 ans, il organise les " 3 heures de la brouette " : Course de relais entre équipes de 6, avec une incroyable réussite.

Beaucoup plus sérieux, il a monté aussi un festival :"les transhumances musicales " où sont venues bon nombre de célébrités : Yannick Noah, Nolwenn Leroy, Juliette Gréco, etc...

8 000 personnes sont venues assister à un concert de Manu Chao. En août prochain, Hugues Aufray et M. Pokora sont à l'honneur.

Il ne manque pas de projets  !!! Il y a déjà le passeport ( en vente ), mais veut aussi frapper monnaie, vendre du carburant détaxé. Là, ce sera beaucoup plus difficile car aux yeux de l'Etat, cette "Principauté" n'est qu'une association à but touristique.

Il veut aussi accueillir les couples qui veulent un mariage « Princier » en profitant du château voisin du 17° siècle et de son parc de 12 ha ( que nous pourrons pas parcourir ...). Le nom est tout trouvé : " Laàs Végas Boulevard ".

Grâce à l’évêque de Lescar, il a obtenu une audience du Pape François qui a eu lieu le 1er décembre 2016. Il lui a parlé de son projet de Principauté et lui a remis un dossier sur les difficultés du monde rural qui se meurt.

Il a reçu aussi un accord de principe avec son "homologue" monégasque le Prince Albert II de Monaco.

On aurait pu l'écouter des heures durant... mais la station debout et la visite du château ont écourté le monologue. Très très intéressant malgré tout.

 

Au moins là, on était à l'abri !!!  Depuis notre arrivée à Laàs, il tombait des cordes...Pas une seule minute la pluie n'a cessé jusqu'à notre retour vers Arengosse. Scindés en 2 groupes, nous avons visité ( avec guide ) le château. Gentilhommière du 17ème qui abrite la seconde plus importante collection d'Arts Déco d'Aquitaine. Tapisseries d'Aubusson et des Gobelins ; tableaux de Fragonard, Brueghels et d'autres attribués à Vigée Lebrun et Rubens.  Porcelaines et faïences ainsi qu'un mobilier important. Le trésor de la collection : les 11 petits tableaux de la vie parisienne réalisés à partir de feuilles d'éventail.

Le parc du château..., ce sera pour une autre fois. Pourtant, par la fenêtre, il semble superbe.

Toujours sous une pluie ininterrompue, direction l'Auberge de la Fontaine où un copieux repas nous attendait.

Puis de nouveau scindés en 2 groupes, l'un dans l'église avec le Capitaine des Douanes pendant que l'autre visitait la fabrique du béret français à Laàs même. Paul Joubard, le capitaine des Douanes, nous a informé sur tout ce qui se réalise ( ou projets ) sur la Principauté. 

A la fabrique du béret, nous avons suivi la réalisation d'un béret : du tissage au béret fini.

Entreprise en plein essor qui, chaque année, profite des transhumances musicales pour se faire connaître. Tous les bérets qui sortent de l'usine portent une signature originale : une petite queue.

 

Nous avons ensuite repris le bus en direction d'Arengosse. Le temps toujours aussi "pourri" avec des températures dignes d'un mois de novembre : entre 12 et 14 degrés.

Petite éclaircie vers 18 h et nous nous sommes arrêtés sur une aire d'autoroute pour nous réchauffer autour d'un goûter bien mérité malgré le vent glacial.

 

Journée intéressante mais gâchée par le temps. Il faudra y revenir.

 

Désolé pour l'absence de photos due à un problème technique sur l'appareil-photo.